AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'histoire de Joeffrey Lewis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Garfield
Invité



MessageSujet: L'histoire de Joeffrey Lewis   13/07/05, 06:56 pm

Monroe, 13 septembre 2039
La famille Lewis alors composée de Robert un ingénieur en sécurité informatique de 26 ans qui était sans contrat à ce moment et Angela Thompson une attachée de presse dans une chaine locale eut leur premier enfant qu'ils nommèrent Joeffrey. La famille était éloignée et c'est une situation qui plaisait aux deux nouveaux parents. Le couple habitait dans une modeste résidence aux atours accomodants et au confort assuré.


Les parents de Joeffrey
Robert est un professionnel passionné, il pouvait mettre des heures et des heures afin d'atteindre le niveau de satisfaction qu'il désirait envers l'accomplissement de ses tâches ce qui laissait moins de temps pour sa famille. Comme il ne voulait certainement pas négliger Angela par crainte de la voir partir, il négligeait son fils à la place comptant ce sacrifice comme équitable. Après tout, c'est grâce à lui si Joeffrey a du pain sur la table quotidiennement. Robert tendait un peu à devenir violent quand sa patience venait à bout avec tout le monde qui l'entourait à l'exception de sa conjointe où il mettait des efforts pour retenir sa rage dans les maintes disputes qu'ils eurent pour des raisons ridicules.

Angela, de son côté, était une jolie femme qui montrait un certain charisme orné d'une touche irritante de "je suis importante et j'le sais". Sa coiffure, sa manucure et son maquillage étaient plus important que l'épicerie et sa famille en croyait Joeffrey. Angela faisait souffrir sa famille de son dynamisme exagéré et venait à être exaspérante quand elle venait dans une pièce. Une vrai boss! "Bon, Joeffrey, nettoies-moi le comptoir, faut qu'on sorte les vidanges et qu'on vide la table! Robert, viens ici, je pars dans 5 minutes, grouilles-toi!" Ce genre de scène était du quotidien à longueur de semaine ainsi que les weekends. La seule véritable attention qu'il avait d'elle qui n'était pas des ordres était le bec dans le front qu'elle lui donnait avant de courir à ses occupations professionnelles et personelles.

Joeffrey a longtemps été déchiré entre deux pensées : la première souhaitant avoir un frère ou une soeur pour qu'il soit moins seul et la seconde qu'il est content qu'il soit seul dans cet environnement, il souhaiterait à personne d'être prit avec ces deux débiles comme parents.


L'adolescence et la révolte
Durant tout son enfance, Joeffrey a tout fait pour ne pas se faire remarquer comme si tous les gens devraient être aussi cinglés que ses parents. Il ne sentait aucun incitatif à s'ouvrir aux autres et se garda à l'écart le plus possible. À l'adolescence, ceci avait peu changé! En fait, un peu de malice commençait à habiter son esprit et il se réveillait en pleine nuit pour se faufiler à l'extérieur et ainsi aller espionner le voisinage. Il pouvait marcher des milles pendant la nuit, revenir et feindre de dormir alors que son père venait le chercher pour aller déjeuner. Il se couchait à 6 heures le soir afin de poursuivre ses opérations. Certains siors, il revenait avec des égratignures ou des blessures et, presque sans exception, il réussissait à faire en sorte que personne en s'en aperçoive. En vrai, à ce moment là, Joeffrey n'aimait personne. À l'école, tout allait bien cependant, il passait inaperçu, rarement il était embêté par les autres et il s'arrengeait pour comprendre tous ce qu'on lui enseignait. Il contrôlait son environnement en utilisant de bonnes paroles bien placées qui gardaient le monde bien loin de lui.

Un soir, il devait avoir 15 ans à ce qu'il se souvient, il pleuvait légèrement, une pluie douce et tranquile qui s'éclatait sur les toitures en émettant des sons de batteur déchainé sur la même note constemment, il se promenait loin de chez lui, il n'était plus appeuré de la réaction de son père qui, depuis longtemps, était moins violent. Ses pieds se faufilaient l'un devant l'autre suivant un appel inaudible. Il se glissa entre une haie de cèdres qui, depuis longtemps, n'avait pas été taillée et surprit une conversation chuchottée entre deux hommes sombrement vêtus : "Okay, nous allons devoir nous séparer ici, je vais aller rejoindre notre contact pour remettre le colis tandis que toi, tu dois trouver un point stratégique pour me couvrir avant 4:30. Le rendez-vous est à 5 heures alors c'est très important que tu soit positionné avant que leurs hommes n'arrivent. Sois discret surtout et ne te fais pas voir!" Il suivit l'homme qui allait se positionner et se cacha afin de voir ce qui pouvait bien se tramer. Rendu sur place, après quelques moments, un homme équipé d'un appareil à vision thermographique l'a repéré et le surprit. Une fois qu'il lui a mit la main au collet, il tenta de l'emporter et après quelques secondes où il se débattait, Joeffrey cessa et lui dit d'un air glacé et dénué de peur : "D'accord, je peux marcher vers où vous voulez!" Cela surprit l'homme qui l'amena à son patron. C'est là qu'il remarqua qu'ils avaient trouvés le tireur ambusqué. "Qu'avons-nous là? Un gamin qui n'aime pas dormir tranquillement alors qu'il devrait le faire! Alors, que sais-tu? Parles!" Joeffrey d'un calme stépéfiant entreprit d'expliquer la discussion qu'il avait surprit entre les deux hommes, le tireur, alors ligotté, le regardait, la rage innondant ses yeux. Ensuite il entreprit de leur dire qu'il l'avait suivit ici afin d'étancher la soif que sa curiosité lui insufflait. L'homme était impressionné par la franchise et le calme dont faisait preuve le jeune homme et le laissa partir. Il retourna chez lui avec une démarche rapide puisqu'il était tard. Il su plus tard qu'il avait été suivit ce soir là.

Quelques nuits plus tard, il était encore une fois à se frayer un chemin dans l'ombre et déboucha dans une cour d'une usine désaffectée qu'il connaissait très bien. Levant les yeux et parcourant , il vit un visage qu'il reconnu immédiatement. Le complice du tireur! "Tu vas me le payer!" Joeffrey prit ses jambes à son cou et tenta de prendre de vitesse l'homme qui était trop rapide pour lui alors il empoigna un pied de biche rouillé par les quelques mois où il avait été abandonné là. Il fracassa le genou de l'homme en se retournant et s'ensuivit un cri douloureux. Joeffrey prit la poudre d'escampette et rentra chez lui. Le lendemain, il se fit interpeler par un des hommes qui l'avait interrogé plusieurs jours auparavant : "Hey petit, tu te débrouilles bien! Mon patron voudrait te voir, il est très heureux du travail que tu as accompli!" Il se demanda brièvement comment ils avaient su à ce sujet et ensuite il prit en compte que c'était bien la première fois qu'on le complimentait. Il répondit alors qu'il acceptait bien de rencontrer son patron. Entrant dans un immeuble, se faufilant vers le sous-sol accompagné par l'homme imposant, il entra dans une pièce comportant une table, 4 chaises dont une brisée qui était dans un coin et où quelques traces de sang recouvait le bois vieilli par les âges. La pièce était sombre éclairée par un simple globe pendu au dessus de la table, il reconnu l'homme à qui il avait dévoilé ses observations d'une nuit. L'homme lui avoua qu'il avait demandé à un de ses hommes de le surveillé et qu'il avait aimé le rapport qu'il en avait reçu. Il voulait lui offrir une certaine rémunération s'il lui faisait part de toutes ses observations et qu'il voulait bien, à l'occasion effectuer quelques tâches pour lui à l'avenir offre à laquelle Joeffrey répondit à l'affirmative.


L'adulte qui se nourrissait des ombres
À partir de là, il fit des rapports de toutes ses observations, découvrit plusieurs endroits que, plus tard, son patron fit piller, il découvrit plusieurs agents, plusieurs voleurs agissant sous les frontières de ce que son patron considérait être son territoire et ne s'occupait pas des représailles. Il avait apprit à manier les armes à feu ce qui ne semblait pas être son gaga. En 2059, son patron l'envoya sur une filature qui le mena à Seattle. Alors qu'il éxécutait sa tâche, le fameux crash eut lieu. Il perdit une partie de lui, sa famille qui lui était presque indifférente, son organisation, tout. Monroe était devenue sans intérêt. Il s'établit alors en squattant une vieille résidence de Redmond et depuis, il est errant dans ces contrées complétant des tâches dans les ombres afin de survivre.
Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire de Joeffrey Lewis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» Liqueur panda de brume; histoire, description et questions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shadowlife :: Shadowrun :: Background-
Sauter vers: